Carlotta Ikeda du Butô à la danse insensée, photographies de Laurencine Lot

Vernissage le 27 janvier 2012
Presse 9h30-11h, public 18h-21h

lot-affiche-web-vernissage

Danse et Photographies : 30 ans de création

Toujours en quête d’ouverture sur le monde, dorothy’s gallery propose une rencontre inédite entre Laurencine Lot, photographe des monstres sacrés du théâtre français depuis les années 1970 et l’unique danseuse féminine de Butô, Carlotta Ikeda.

A travers une sélection d’une cinquantaine de photographies couleur et noir et blanc, Laurencine Lot retrace 30 ans de création de Carlotta Ikeda,danseuse japonaise, depuis sa première tournée en Europe en 1978.

«Danse des ténèbres» : corps nus sous un maquillage blanc

Carlotta Ikeda va au-delà d’elle- même, elle  danse tel un fantôme incarnant le sexe et la mort, l’effroi et l’amour, la grâce et la légèreté, l’affranchissement de toute pudeur.

Par des cadrages épurés, des lumières de scène contrastées, des plans souvent serrés, Laurencine Lot capte un univers sombre et lumineux, frappé par la puissance de l’émotion vécue sur scène : douleur, cri, joie, terreur, extase, émerveillement…

$

Carlotta Ikeda sur scène, du 7 au 19 février au Théâtre Paris-Villette, dans Medea, avec Pascal Quignard.

Livre  à retrouver durant l’exposition du 27 janvier au 26 mars

Carlotta Ikeda, danse butô et au-delà par Laurencine Lot , 2005, 200 photographies des spectacles de Carlotta Ikeda de 1978 à 2005, 190 pages, préface de Jean-Marc Adolphe et texte de Jean Verdun.

“La danseuse est picturale dans ses robes qu’elle effeuille, du rouge au bleu nuit en passant par la dentelle noire. Le visage recouvert de blanc, intemporel, la lenteur des mouvements(…)”

Marie-Christine Vernay – Libération

+ d’infos

Artists

Press

Portraits de Barack Obama à la Dorothy’s Gallery de Paris
C’est d’abord l’exposition sur Barack Obama qui nous a attiré. Dorothy Polley y tient une exposition-évènement rassemblant plusieurs artistes et intervenants internationaux. Durant ces deux mois d’activités on peut y voir certe les différents portra
Découper, percer… et plus si affinités !
La Dorothy's Galerie réunit des artistes qui ont une manière particulière de s'approprier la matière : ils la découpent et la percent. Un travail singulier qui ne laisse pas indifférent. Surprise, émerveillement et étonnement sont au ...
« An’n Alé Ayiti ! En avant Haïti ! »
L’an dernier, le Grand Palais a présenté une exposition sur la création haïtienne où il manquait 
la dimension militante. Celle proposée à la galerie Dorothy, à Paris, n’en édulcore pas cette portée.